Lectures d’été : Cuba entre les lignes

Comment font les Cubains pour atteindre la fin du mois ? D’où viennent ces immeubles modernistes décatis ? Et qui sont ces artistes contemporains dont on parle tant ?

Si comme moi vous avez (presque) tout le mois d’août pour bouquiner, vous allez trouver quelques réponses aux questions ci-dessus avec la sélection de livres pour l’été 2019 de serendipia !

La lutte

Vinvent Bloch n’en est pas à son premier essai sur Cuba : après Cuba, un régime au quotidien (2011) et Cuba, une révolution (2016), il se penche cette fois-ci sur les mille et un arrangements et stratagèmes adoptés par les Cubain.es pour s’en sortir tout en conservant leurs idéaux révolutionnaires. En un mot : Luchar (lutter). Sauf que ce verbe est tellement polysémique qu’il finit par résumer une stratégie où « la fin/faim justifie les moyens ».

Centro Habana, « location à l’heure, jour et nuit », 2014. Un négoce qui en soutient d’autres, moins avouables.
Bourse aux logements sur le Prado, 2017. Longtemps interdit, l’achat-vente de logements est aujourd’hui fastidieux et fait très souvent l’objet de versements de dessous de table et de commissions à des intermédiaires qui servent d’agents immobiliers occultes.

La Lutte, sous titré Cuba après l’effondrement de l’URSS, est écrit après de longs séjours en immersion dans la société cubaine et à partir d’entretiens menés sur plusieurs années à La Havane, Miami et New York. C’est rigoureux, tragique, mais aussi parfois très drôle.

Lorsque la voisine vend des fruits amenés clandestinement de la campagne, le voisin de la peinture « prélevée » sur des chantiers, on est dans la lucha pépère. Mais l’auteur démonte des mécanismes beaucoup plus complexes et risqués, tels l’arnaque au mariage ou l’achat-vente d’appartements… quand chaque fonctionnaire qui ferme les yeux perçoit sa petite ristourne au passage.


L’auteur : Vincent Bloch, né en 1975, est anthropologue et sociologue. Ses domaines de recherches portent essentiellement sur la sociologie politique, l’Amérique Latine et les Caraïbes.

Où le lire ? Sur la plage ! Malgré le sérieux du sujet, les enquêtes de terrain se lisent comme des romans policiers.

The Havana Guide

Autant le dire tout de suite : ce guide s’adresse aux fondus d’architecture, et particulièrement de la période 1925-1965, qui a vu se succéder les styles art déco et moderniste dans la capitale cubaine. Si vous êtes tout autant fascinés par les immeubles résidentiels des années 60 que par les palais baroques, vous allez aimer !

Edificio López Serrano : un changement d’échelle par rapport au quartier.
Edificio Solimar (1944) calle Soledad #205 entre San Lázaro y Ánimas, La Havane

L’ouvrage recense plus de 200 constructions – hôtels, théâtres, clubs, résidences privées et immeubles – et fournit pour chacun le nom de l’architecte, une photo (noir & blanc malheureusement), parfois un plan, et quelques infos sur la construction et le devenir de ces édifices.

On y lit entre les lignes les remous de l’histoire récente de Cuba, avec son lot de collectivisations et nationalisations. Deux exemples parmi d’autres : l’institut privé d’odontologie qui est devenu la fac d’économie ou la banque Pedroso devenue un policlínico.

Quant aux pimpantes villas modernistes, elle étaient construites dans les quartiers cossus de Siboney, Cubanacán, Kohly, Nuevo Vedado… pour des propriétaires qui ont majoritairement émigré dans les années 60. Elles sont maintenant habitées par les nouveaux happy few du régime ou de la farándula.


L’auteur : Eduardo Luis Rodriguez est né en 1959 à La Havane. Architecte et historien de l’architecture, spécialiste du XXe siècle à Cuba, il vit aux États-Unis où il publie régulièrement sur le sujet.

Où le lire ? En marchant dans La Havane ! Ses plans de quartier permettent de le consulter facilement au gré de vos promenades.

Cuba Habla / Cuba parle

Les écrits sur l’art contemporain cubain sont habituellement éparpillés entre articles, publications confidentielles et catalogues d’expositions. Bonne idée que ce beau livre écrit à quatre mains, qui permet de faire le point sur deux générations d’artistes. D’autant que les auteurs ont choisi de donner la parole aux intéressé.es, de les écouter plutôt que de plaquer un discours sur leur production.

Ivan Capote, UP, installation à Galleria Continua Les Moulins, octobre 2017.
Glenda Leon, Cada sonido es una forma del tiempo, 2015
Hamlet Lavastida, La era del carisma (capture d’écran), 2012.

28 artistes contemporains – de A comme Abel Barroso à Y comme Joé Yaque – sont donc interrogés sur leur formation, leur processus de travail, les liens qui les unissent (ou pas) entre eux et leur vision de l’avenir. Chaque entretien est suivi d’un portfolio de grande qualité qui permet de se faire une belle idée de leur travail.

On suit leur parcours, de l’explosion créative des années 80 à l’implosion de la crise des années 90, puis à l’ouverture politico-économique de ce début de XXIe siècle et jusqu’à la dernière génération, plus conceptuelle et globalisée, parfois même allégée du poids de la doctrine nationale.

28, c’est peu mais on suppose qu’il a fallu faire un choix. On n’y trouve que peu de femmes et pas Tania Bruguera, sans doute la plus repérée internationalement. On y trouve en revanche Hamlet Lavastida et Carlos Martiel, très peu vus à Cuba en raison – sans doute – du caractère corrosif de leurs œuvres. C’est donc un choix subjectif et à ce titre, une vraie merveille.


Les auteurs : Laura Salas Redondo est une jeune curatrice qui a déjà travaillé avec Anish Kapoor, Michelagelo Pistoletto… et organisé de belles expositions, telle Ola Cuba à Lille en 2018, pour n’en citer qu’une. Jérôme Sans est un critique d’art renommé, cofondateur du Palais de Tokyo à Paris et curateur d’un nombre impressionnant d’expositions de par le monde.

Où le lire ? Dans votre salon ! Compte tenu de sa beauté, de son volume et de son poids, vous n’aurez pas envie de l’emmener à la plage.

Et voilà. Entre récits de vie, paysages urbains et galeries d’art, bonnes lectures estivales !

La Lutte – Cuba après l’effondrement de l’URSS de Vincent Bloch aux Éditions Vendémiaire. Parution 2018.

The Havana guide – modern architecture 1925-1965 de Eduardo Luis Rodriguez chez Princeton Architectural Press. Parution 2000. En anglais.

Cuba Habla – entrevistas con 28 artistas contemporáneos de Jérôme Sans et Laura Salas Redondo aux éditions Rizzoli New York. Parution 2019. En espagnol ou en anglais. Avec les artistes : Abel Barroso, Alejandro Campins, Elizabet Cerviño, Ivan capote, Yoan Capote, Los Carpinteros (le livre a été écrit avant leur séparation), Celia & Yunior, Susana Pilar Delahante, Leandro Feal, Diana Fonseca, Carlos Garaicoa, Flavio Garciandia, Osvaldo Gonzalez, Kcho, Hamlet Lavastida, Glenda Leon, Reynier Leyva Novo, Luis Lopez-Chavez, Carlos Martiel, Yornel Martinez, Adrian Melis, José Mesias, Michel Pérez, Eduardo Ponjuan, Wilfredo Prieto, Lazaro Saavedra, René Francisco Rodriguez, José Yaque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *