B comme baños

Le premier voyage à Cuba est l’occasion d’en prendre conscience : des baños opérationnels comportent une cuvette, une chasse d’eau + eau, une porte + loquet, un interrupteur, une ampoule + courant, du papier et si possible une corbeille et un lavabo.

Baños vétustes mais jolis – au premier abord – du Museo de Arte Colonial, Habana Vieja 2010

Mais dans les baños des lieux publics à Cuba, tous ces éléments sont rarement réunis et c’est plus ou moins perturbant selon ce qui manque… Même si de gros efforts ont été faits ces dernières années, autant dire que c’est souvent sale et/ou que ça manque d’intimité.

En revanche vous trouverez souvent des fleurs fraîches ou en plastique posées sur le lavabo (auquel il manque le robinet) et vous serez accueilli.e par une dame qui vous tend 2 feuilles de papier.

Comme elle les tient depuis le matin, vous n’êtes pas très en confiance au moment de vous en servir. Mieux vaut compter sur ses propres provisions. Mais ce n’est pas une raison pour zapper le pourboire !

Gran Teatro de La Habana : un détail pour redescendre sur terre

Notez que si vous louez une chambre dans une casa particular, changement radical de décor : les salles de bains et toilettes y sont toujours nickel, parfois vintage, souvent récentes, décorées d’un rideau de douche reproduisant un tableau de maître. Avec pour seul inconvénient, parfois, un modèle de pomme de douche chauffante qui, je ne sais pourquoi, me donne toujours envie de siffloter Alexandrie, Alexandra


Voir l’article Cuba : fluides corporels et périodes spéciales pour plus de détails sur la typologie des baños cubains.

Photo à la Une : Baños d’un café chic à Miramar.


Suite de l’abécédaire de l’espace public ici :