S’élever à la Caridad del Cobre

El Cobre, suite et fin

Descendez les majestueuses marches de la basilique et faites un tour dans le village : pas grand chose à voir, à part les cahutes où l’on vend de petits souvenirs sans valeur et… des cucuruchos de Baracoa. Je répète : El Cobre est l’unique endroit où vous en trouverez hors de Baracoa. Du miel pour Oshun ?

Monumento al Cimarrón

Vue sur la basilique depuis le Monumento al Cimarrón, El Cobre, décembre 2019
Cucuruchos de Baracoa, vendus à El Cobre, décembre 2019

Reprenez la route et obliquez à droite après quelques centaines de mètres. Vous allez devoir finir l’ascension à pied – mais comme vous venez de déguster votre cucurucho, vous n’êtes pas en hypoglycémie – pour voir de près l’imposant Monumento al Cimarrón érigé par Alberto Lescay en 1997.

C’est l’un des rares lieux de Cuba où les visiteurs sont invités à se souvenir de l’esclavage et des soulèvements qui ont contribué à y mettre fin. C’est aussi devenu un lieu de culte Yoruba, les nombreux restes de cérémonies en attestent.

Depuis cette hauteur, vous pouvez contempler la Basilique dans le lointain et le lac artificiel dans le fond du cratère de mine. Ses eaux sont fortement chargées en cuivre, d’où sa couleur turquoise surnaturelle.

Monumento al Cimarrón, Alberto Lescay, 1997
Chaînes du monumento al Cimarrón et lac artificiel sur le site de l’ancienne mine, El Cobre, décembre 2019

El Palenquito

Plus prosaïquement et quelques centaines de mètres plus bas, vous pouvez faire halte à El Palenquito. C’est un resto comme un autre, où les serveurs rêvassent en écoutant du reggaeton d’une oreille et les clients de l’autre… Mais si vous grimpez tout en haut du jardin, vous pourrez escalader un promontoire pour une dernière vue de la Basilique. Éthérée, inoubliable.

Dernier coup d’œil à la Basilique depuis El Palenquito, El Cobre, décembre 2019
Vie quotidienne à El Cobre, décembre 2019

En contrebas, les pauvres maisons de tôle et les mini jardins potagers contrastent avec tant de grandeur. Il est temps de redescendre vers Santiago pour reprendre pied avec la réalité.


Sources : ¡Así rinden homenaje a la virgen de la Caridad del Cobre, en la mayor de las Antillas ! sur le site asere.

Pour plus de détails sur l’histoire religieuse du site, voyez l’article Basílica de la virgen de la Caridad del Cobre, un rincón que respira cubanismo sur le site Sputnik.

Pour plus de détails sur le Monumento al Cimarrón, voyez l’article Alberto Lescay le Cimarrón en plein air sur le site (en français !) Lettres de Cuba.

Photo à la Une : Nuestra Señorita de la Caridad del Cobre, décembre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *