Cuba sepia

Le Getty Museum vient de publier une énorme collection de photographies anciennes, documentant les Amériques du XIXe siècle. Pour (re)découvrir Cuba par l’image !

Le photojournalisme n’existait pas encore, mais ces tirages datant du XIX siècle nous en apprennent de belles sur la vie quotidienne à Cuba, alors colonie espagnole en guerre pour son indépendance et pratiquant toujours l’esclavage.

Faute de pouvoir nous projeter dans l’avenir, penchons-nous sur ce passé : Dans la 2e moitié du XIXe siècle, des photographes États-Uniens parcourent l’île, posent leur pied et documentent les monuments et les palais de la capitale.

Façade de la cathédrale, où reposent les restes de Christophe Collomb, non daté. George N. Barnard photographer (USA, 1819 – 1902). Edward and Henry T. Anthony & Co publisher, Kuhns printer. Épreuve à l’albumine argentique. J. Paul Getty Museum

Vue d’un intérieur : Palais du Conde de Santovenia, boudoir de la comtesse, 1860 – 1862. George N. Barnard photographe (USA, 1819 – 1902) Edward and Henry T. Anhony & Co publisher, Kuhns printer. Épreuve à l’albumine argentique. J. Paul Getty Museum

Ils s’aventurent aussi dans les plantations et ingenios, où ils photographient ingénument le personnel, composé de personnes employées comme esclaves. Un contraste criant avec le boudoir de la comtesse.

Vue d’une plantation : Cuisine d’un barracón avec un groupe d’esclaves, vers 1860. Photographe inconnu. Épreuve à l’albumine argentique. J. Paul Getty Museum.

Vue d’une plantation : cuisine d’un barracón avec un groupe d’esclaves, 1860 – 1862. George N. Barnard photographe (USA, 1819 – 1902) Edward and Henry T. Anhony & Co publisher, Kuhns printeer. Épreuve à l’albumine argentique. J. Paul Getty Museum

Des événements tragiques

Ils étaient là aussi pour témoigner d’événements tragiques survenus au tournant du siècle :

La « reconcentration » des populations, une invention du militaire espagnol Valeriano Weyler. Destinée à isoler les rebelles indépendantistes, elle eut surtout pour effet de laisser crever de faim les civils…

« Reconcentrados » attendant le repas, faubourgs de La Havane, 1898. B.L. Singley photographer (USA, 1864 – 1938). Épreuve à l’albumine argentique. Don de Weston J. and Mary M. Naeff. .J. Paul Getty Museum

Ou encore le cuirassé USS Maine, dont l’explosion dans le port de La Havane, le 15 février 1898, a déclenché la guerre hispano-américaine sur le sol cubain.

Vue générale du cuirassé Maine coulé dans le port de La Havane, 1898. B. L. Singley photographer photographe (USA, 1864 – 1938). Don de Weston J. and Mary M. Naef. Épreuve à l’albumine argentique. J. Paul Getty Museum

Âmes sensibles s’abstenir : les exécutions capitales étaient réalisés selon la méthode du garrot. Pour mémoire, c’était toujours en vigueur dans l’Espagne franquiste en 1974…

Bourreau exécutant un criminel, La Havane, 1899. Benjamin West Kilburn photographer (USA, 1827 – 1909). Don de Weston J. and Mary M. Naef. Épreuve à l’albumine argentique. J. Paul Getty Museum

Comme quoi, interroger le passé est un bon point de départ pour envisager l’avenir. Découvrez sans tarder les autres images de ce riche album (notamment les ingenios où la canne était transformée en sucre) sur le site du Getty Museum et à bientôt à La Havane !


Ces images sont classées no copyright c’est à dire que vous avez le droit de les republier en citant vos sources. Thanks !

Image à la Une : Garden Tea Party à Santiago de Cuba, vers 1870. Photographe inconnu.

2 réflexions sur « Cuba sepia »

  1. Merci pour ces belles photos anciennes.
    Et pour le vocabulaire interactif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.