La Havane, librairie Fayad Jamis 2015

Feria Internacional del Libro : lire à La Havane !

Lire c’est grandir : telle est la devise de cette 25e édition de la fête du livre à La Havane. Ça va bien au secteur de l’édition cubaine qui a souffert un petit retard de croissance depuis les années 90.

Vous avez fait le tour des livres d’occasion de la très touristique Plaza de Armas ? Traversez la baie en direction de la Fortaleza de San Carlos de La Cabaña – de sinistre mémoire – et du Castillo del Morro, qui abritent cette manifestation. Et attendez-vous à jouer des coudes dans une foule dense et familiale !

Feria Internacional del Libro de La Habana, photo René Perez Massola dans Periodico Trabajadores, droits réservés.
Feria Internacional del Libro de La Habana, photo René Perez Massola dans Periodico Trabajadores, droits réservés.

Plus centraux, la Universidad de la Habana, le Pabellón Cuba, la Casa del Alba Cultural et le Centro Dulce María Loynaz accueilleront des colloques, conférences, lectures et signatures…

Pour comprendre l’engouement populaire pour cette manifestation, il faut se souvenir que l’activité éditoriale à Cuba est extrêmement ralentie depuis des décennies, par manque de papier, défaut de distribution, ou pour des questions de politique culturelle, car les ouvrages doivent être validés par les instances officielles avant édition.

Santiago de Cuba, l'imprimeur en attente de la livraison de papier, octobre 2015.
Santiago de Cuba, l’imprimeur en attente de la livraison de papier, octobre 2015.

Les lecteurs qui pénètrent dans une librairie doivent souvent se contenter de rayonnages limités et peu renouvelés – par rapport à la profusion qui règne en Europe. Et la notion de stock est inexistante pour les livres, comme pour la plupart des produits de consommation. Résultat combiné de ces diverses restrictions : les romanciers cubains régulièrement édités en Europe se font rares dans les librairies cubaines…

Pour le public, assoiffé de littérature cubaine ou internationale et de nouveautés, la Feria del Libro est donc l’unique occasion de se tacher les doigts avec de l’encre fraîche, qu’il s’agisse de littérature contemporaine ou de livres pour enfants, de manuels de jardinage ou de livres d’art !

Paradiso (1966), roman de José Lezama Lima. Réédition 1998 par Editorial Letras Cubanas, imprimé à Madrid. Acheté en solde 3 CUC dans une petite librairie de Santa Clara qui n'avait que quelques titres à proposer…
Paradiso (1966), roman de José Lezama Lima. Réédition 1998 par Editorial Letras Cubanas, imprimé à Madrid. Acheté en solde 3 CUC dans une petite librairie de Santa Clara qui n’avait que quelques titres à proposer…

Quant aux professionnels : auteurs, éditeurs, distributeurs, libraires et imprimeurs, agents littéraires ou producteurs multimédia, journalistes et autres acteurs de l’industrie du livre… ils tiennent à la fois boutique et salon sur les stands de la foire installée à San Carlos de la Cabaña et dans les manifestations parallèles.

Et hors la capitale ? Quelques manifestations satellites de moindre ampleur ont lieu dans les principales villes de ce pays très centralisé culturellement…

Bannière de la Feria Internacional del Libro 2016

Feria Internacional del Libro 2016, du 11 au 21 février 2016. Cette année, Leer es Crecer est son slogan et l’Uruguay est à l’honneur. Bonne balade et bonnes lectures !


L’histoire de la Feria Internacional del Libro de Cuba remonte à mai 1937, avec une première édition sur le Prado et le Malecon. Des principales librairies qui y participèrent : Minerva, La Moderna Poesía, Martí, Económica, P. Fernández, Labraña, La Casa Belga, La Divulgación Literaria, Sudamericana et Escuela Nueva… bien peu sont toujours debout. Côté institutions, La Dirección de Cultura del Ministerio de Educación, la Colonia Hebrea, la revue Carteles, la maison d’édition Trópico et l’Oficina del Historiador de La Habana étaient aussi de la partie.

La Havane, librairie La Moderna Poesia, un bijou Art Déco toujours debout en 2015.
La Havane, librairie La Moderna Poesia, un bijou Art Déco toujours debout en 2015.

À partir de 1959 l’économie du livre s’étatise, avec la création de l’Imprenta Nacional et du Sistema Nacional de Obras Públicas. En 1982 les conditions étaient créées pour une nouvelle Feria Internacional del Libro, d’abord biennale puis annuelle. La Période Spéciale va passer par là et raréfier l’accès à la lecture comme à tout le reste… Mais la Feria persiste et reprend du poil de la bête avec l’ouverture (très) progressive des échanges internationaux.

Photo à la Une : vitrine de la librairie Fayad Jamis, réouverte en 2014 dans la Habana Vieja. Une abondance qui n’aurait pas été possible il y a peu !

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *