vols, logement

Vols

Depuis la France, peu de compagnies desservaient Cuba jusque récemment. Mais le mouvement s’accélère, il est temps de faire le point : Air France et Cubana de Aviacion proposent toujours des vols directs à des prix comparables mais elles sont rejointes par Air Caraïbes, Corsair et XL Airways, qui font un peu (et parfois spectaculairement) baisser la note.

Avec Air France c’est tous les jours pour La Havane. Cubana, Air Caraïbes et Corsair proposent des vols hebdomadaires pour la capitale et surtout pour Santiago de Cuba, c’est génial pour visiter l’Oriente.

Parmi les nombreuses compagnies proposant des vols avec escale, Air Europa, Iberia et Air Canada peuvent être intéressantes. Aeroflot restant la moins chère, mais franchement… qui a envie de passer 12 heures en transit à Cheremetievo (aéroport de Moscou) ?

dernière vision cubaine avant l’aéroport

N’oubliez pas que Cuba dispose de plusieurs aéroports internationaux, en plus des sus-cités : Varadero, Cienfuegos, Santa Clara, Camaguey, Holguin, Cayo Coco… Cela peut être intéressant d’atterrir quelque part sur cette île qui s’étire en longueur d’Est en Ouest et de regagner La Havane par petites étapes !


Note sur les aéroports : Le terminal 3 de l’aéroport José Marti de La Havane ressemble aux nôtres, sauf qu’il est totalement saturé. Mais une compagnie française de BTP/télé/télécom dont le nom commence par un B a remporté récemment le marché : prendre en gestion cette porte d’entrée du tourisme de masse et des nouvelles opportunités commerciales. L’ambiance risque de changer…

Partout ailleurs sur l’île, vous devrez fouler le tarmac brûlant en arrivant (j’adore) et assister aux allers-retour du préposé qui amène vos valises 4 par 4 sur sa charrette à bras (moins bien). Vous êtes arrivés à Cuba !


Enfin il y a quelques aéroports régionaux qui peuvent s’avérer bien pratiques, par exemple celui de Baracoa : vous aurez apprécié la longue et sinueuse route à l’aller, mais n’aurez peut-être pas envie de refaire le chemin en sens inverse.

Sachez aussi que Cubana dessert les pays voisins. Vous pouvez d’un saut de puce (de luxe, la puce) rejoindre Port-au-Prince, Kingston, Cancun… depuis La Havane ou Santiago de Cuba. Tentés ? Vous avez alors bien de la chance et deux soucis : votre banquier et le site de Cubana qui n’est pas très performant. Pour les vols multi-destination, plutôt que de vous escrimer toutes les nuits sur internet, je vous recommande donc de passer par une excellente agence : Cubafat. Ils seront de bon conseil et vous enverront votre carte de tourisme en un rien de temps.

Petit déjeuner chez Nestor à Santa Clara – pas à l’hôtel !

Logement

Les hôtels étant tous des entreprises d’État (souvent gérés avec des grands groupes internationaux), vous y côtoierez au quotidien des Cubains payés en moneda nacional alors que vous réglez votre note et vos consommations en monnaie forte (voir page CUP & CUC l’explication des deux monnaies en cours). Pour éviter cette situation qui mettrait votre conscience politique à mal, et pour approcher au plus près la réalité de la vie quotidienne, allez plutôt dans une Casa Particular. Argument absolu : les petits-déjeuners y sont notoirement meilleurs qu’à l’hôtel !


Les hôtes sont parfois retraités, souvent salariés ailleurs, certains parlent anglais ou français et feront beaucoup d’efforts pour comprendre vos 3 mots d’espagnol, ils ont des enfants qui vont à l’Université ou sont déjà partis à Madrid ou Miami…

Ils hébergent trois générations sous leur toit, économisent pour un visa, agrandissent leur maison petit à petit, partent tôt le matin à la chasse aux fruits frais pour votre petit déjeuner, accrochent au mur des images de Montmartre ou d’Amelia Peláez, gèrent les problèmes de canalisations, posent des questions sur la crise en Europe ou sur la Nouvelle Vague, écoutent de la timba ou du reggaeton…

Et ils contribuent à la prospérité du quartier grâce à cette activité qui finit par se substituer à leur vrai métier. Pour vous c’est une expérience tellement plus vivante qu’une chambre d’hôtel !


Attention la location de chambre est très encadrée par le gouvernement : le logeur doit avoir une autorisation et payer très cher une patente mensuelle fixe (en CUC !) que le touriste se pointe ou non. Dans certains lieux (Viñales, Playa Larga…) toutes les maisons ou presque proposent des chambres à louer et cette activité est devenue le premier revenu des habitants. Dans les grandes villes il y a profusion d’offre : de la belle chambre coloniale avec plafond à 5m au dessus du lit (Trinidad…) à la plus moderne  dans un immeuble années 50 avec vue sur le Malecon (La Havane) en passant par la suite avec patio fleuri, le tout pour 15 à 35 CUC pour 1, 2 ou 3 personnes.

Vous pouvez réserver par une agence ou une association (Cubalinda par exemple) ou encore Cuba Autrement qui organisent des circuits et connaissent bien le terrain.

Le site le plus complet est Particuba, qui vous offre depuis le Canada une mine d’informations et de conseils en français. Au delà d’une liste impressionnante de casas avec lien direct pour réserver, Particuba propose des cartes introuvables ailleurs (voyez cette carte du métrobus de La Havane), des horaires de transport et des conseils sur les lieux à visiter. Je vous le recommande pour préparer votre voyage !

Vous pouvez aussi décider de vous débrouiller par vous-mêmes (pas en haute saison cependant) si vous parlez un peu espagnol. De plus en plus de cubains ont accès à internet, vous pourrez donc communiquer avant votre arrivée. Mais les transactions financières dématérialisées ne sont pas encore d’actualité. Résultat : bien souvent vous réservez la chambre de vos rêves et à votre arrivée, on vous redirige (gentiment) chez un voisin. Parfois c’est une bonne surprise et parfois pas. Bonne chance !


Précision : ces conseils sont donnés de façon complètement désintéressée. Si vous avez d’autres bons plans, n’hésitez pas à les partager en commentaires !

Photo à la Une : descente d’avion par une chaude nuit à Santiago de Cuba.

Enregistrer

Enregistrer

4 réflexions sur “ vols, logement ”

  1. Merci pour ces infos pertinentes.

    Une petite correction cependant: la taxe mensuelle payée à l’état par les proprios a diminué très considérablement, mais ce montant est maintenant assorti d’un pourcentage au pro-rata des revenus d’occupation.

    Cordialement,

    renaldito

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *