La utopía paralela. Ciudades soñadas en Cuba (1980-1993)


Détails de l'événement


Un temps pour l’utopie

Felicia Chateloin y Patricia Rodríguez, Renovación de la Plaza Vieja, 1986. Francisco Bedoya: dessin sur papier végétal, 28,3×41,9 cm.

S’il est un art où l’utopie d’une société nouvelle se donne à voir, c’est bien l’architecture. En témoigne cette exposition qui regroupe des projets créés à Cuba entre 1980 – l’exode de Mariel – et 1993 – année de la légalisation du dollar sur l’île et prologue à la crise des Balseros.

C’est aussi l’époque d’une architecture « sans marché », qui bizarrement permet toutes les audaces… sur le papier.

En huit chapitres : Ciudad Prólogo, Monumentos en presente, Una habitación en el mañana, Utopías instantáneas, Reconstruir el Malecón para romper el Muro, Guantánamo: última frontera de la guerra fría, La ciudad invisible et Luces de la ciudad et avec une foule d’artistes et architectes, à vois jusqu’au 26 septembre.

Une exposition créée par Iván de la Nuez avec Atelier Morales.