Yellow Dream Road : le magicien Diaz

Carlos Díaz a encore frappé, cette fois avec une pièce écrite par Rogelio Orizondo en résidence à Miami et une distribution¹ dénichée sur les deux rives du Détroit de Floride  : Créée récemment au Miami Dade County Auditorium, Yellow Dream road arrive au Trianon pour enchanter le début de l’hiver.

Le metteur en scène a pour habitude de jeter les mythes contemporains dans le mixer de la réalité cubaine, et ça marche ! Cette fois-ci c’est Le Magicien d’Oz qui y passe, pour mieux raconter les relations Cuba / Miami.

Quoi ? Rien à voir ? C’est compter sans la Virgen de la Caridad del Cobre et une bonne dose de pop culture !

Yellow Dream Road, Carlos Diaz, Rogelio Orizondo, cartel Miami 2015
Yellow Dream Road, Carlos Diaz, Rogelio Orizondo, cartel Miami 2015

Francophones, vous vous demandez sans doute si ça vaut le coup d’aller voir une pièce en espagnol, farcie de doubles sens politiques par dessus le marché ? Sachez qu’Eros se comprend dans toutes les langues, que ce théâtre est très chorégraphique et savourez l’ambiance d’une salle bourrée à craquer qui éclate de rire au simple mot « gringolandia » ou, plus private joke encore, « papa » !

Jorge Ignacio Pérez dans un article paru dans Marti Noticias déclare même : « Uno puede quedarse con lo visual, con lo gestual y estaría amortizando igualmente el billete » !

techniquement cette production est bien entendu le fruit d’une association de talents et de moyens : la fondation FUNDarte, le Teatro El Público, l’Université de Miami etc.

Pour en savoir plus sur le metteur en scène, voici quelques extraits d’une interview² récente dans Juventud Rebelde :

Provocateur, agressif, transgressif, gênant, intense… sont les adjectifs qu’on retrouve souvent quand on parle de El Público : à prendre ou à laisser ?
– Ce sont des opinions, et comme nous sommes exposés nous n’allons pas nous battre avec les journalistes pour clarifier si nous sommes contestataires ou pas. L’adjectif que je mérite c’est « travailleur ». (…)

El Público constitue un point de rupture dans le théâtre ?
– Oui je crois. C’est quelque chose de nouveau qui est arrivé et qui dure. El Público a trouvé son lieu et sa façon de faire. Y sont ceux qui le veulent : jeunes, vieux, virtuoses, moins virtuoses… et ma fierté c’est que quand une première est annoncée, les gens sont dans l’attente, comme avant un cyclone. (…)

Vous êtes une espèce de magicien ?
J’adorerais, oui. Ce que je n’aime pas ce sont les tours de magie. Mais je crois encore que la magie se cultive et je me bats pour qu’elle soit présente dans chacun de mes travaux.

Yellow Dream Road, à voir du 4 au 13 décembre au Trianon. Veinards.


¹ Osvaldo Doimeadiós, Lili Rentería, Mabel Roch, Javier Fano, Mabel Valiente et Alegnis Castillo. Notez au passage que les Cubains de Miami vont donc faire le voyage dans les deux sens et travailler à Cuba, ce qui n’est pas si courant.

² traduction sommaire par « la rédaction »

D’après deux excellents articles en espagnol dans Vistar Magazine et Juventud Rebelde

Image à la Une : Yellow Dream Road, Rogelio Orizondo, Carlos Diaz 2015. Photo droits réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *