Signos : Art, industrie et vice-versa

Insoupçonnables depuis l’étroite vitrine sur rue, les énormes espaces de la Factoria Habana offrent une déambulation à la rencontre des plans et maquettes, meubles et vaisselle,  photographies, revues, textiles, films et toutes sortes d’objets dans lesquels on peut lire la connexion art/industrie, au travers du design.

Pour certains, on peut y relire aussi une époque, celle des expériences visant à impliquer les artistes dans le processus de production nationale.

Factoria Habana, Ernesto Oroza 2015
Factoria Habana, Ernesto Oroza 2015

Pour d’autres, la créativité des temps de crise que j’ai trouvé malin de nommer design de escasez et qu’Ernesto Oroza, qui s’y connaît mieux que moi, appelle Architecture of Necessity.

J’ai été particulièrement frappée par les textiles imprimés TELARTE (ceux de l’expo provienent de la collection Figueroa-Vives), tant on n’imagine pas que Cuba ait pu un jour produire une telle collection…

Factoria Habana, Telarte 2015
Factoria Habana, Telarte 2015

TELARTE a été un des principaux projets de production du ministère de la Culture Cubain : deux millions de mètres linéaires de toiles imprimées, 150 artistes (Cubains pour la plupart, plus un certain Robert Rauschenberg !) qui planchent sur le motif, une dizaine d’années de production à partir de 1983… et puis s’en vont.

Il paraît que pendant la seconde Bienal de La Habana (1986), les rues étaient pleines de robes, chemises et banderoles produites par TELARTE, mais je n’ai trouvé aucune archive de l’événement.

Cadeau : à voir également sur petit écran, une bonne copie de Variaciones (1962), un court métrage d’Humberto Solás et Héctor Veitía qui, tout en documentant la construction des Escuelas de Arte¹, offre un magnifique témoignage de cette (courte) période d’euphorie créatrice.

Retour à la réalité présente : ces derniers temps on peut acheter un peu partout (10 CUC) de magnifiques rideaux de douche (variante : parapluies) avec reproductions de La Gitana Tropical de Victor Manuel, imprimée sur nylon imperméable. Mais ils ne sont pas dans l’expo…

Factoria Habana 2015
Factoria Habana 2015

Signos. Arte e Industria y Vice Versa jusqu’au 15 janvier 2016 à la Factoria Habana.

Curation : Antonio Eligio (Tonel) et Concha Fontenla.
Artistes, architectes, designers et photographes : Carlos José Alfonzo, Juan Carlos Alom, Félix Beltrán, Alberto J. Carol, María Victoria Caignet, Gonzalo Córdoba y EMPROVA, Miguel Díaz, Felipe Dulzaides, Leandro Feal, Mario Gallardo, Mario García Joya (Mayito), Carmelo González, Roberto Gottardi, Arturo Infante y Reinier Quer, Nicolás Landrián, Roberto Matta, Cirenaica Moreira, Ernesto Oroza, Amelia Peláez, Manuel Piña, René Portocarrero, Idelfonso Ramos, Leyden Rodríguez, Mariano Rodríguez, Humberto Solás y Héctor Veitía, Lesbia Vent Dumois.
Et les projets Ediciones en colores, Arte en la Fábrica, Arte en la Carretera y Arte en el Muro.

À ne pas rater lors d’une visite de la vieille ville !

Voir tous les contenus design sur serendipia-cc.com.


¹ elles deviendront l’ISA.

Voir New Art Of Cuba, Luis Camnitzer, University of Texas Press : Austin, 1994

 

Enregistrer

Une réflexion sur « Signos : Art, industrie et vice-versa »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *