Où en est la libreta ?

Rapel : Entrée en service en 1963 pour permettre à chacun de se procurer les produits de base à un tarif subventionné, la libreta de abastecimiento (littéralement livret de distribution, et non pas de rationnement) est toujours d’actualité. C’est un système destiné – à l’origine – à répartir équitablement les productions de l’Etat.

En tant que visiteur on est absolument pas concerné, mais intrigué par les « bodegas », ces magasins chichement éclairés, aux étagères peu garnies. C’est là que les cubains échangent leurs CUP et leurs coupons contre quelques produits alimentaires et quelques articles d’hygiène, attribués selon un barème qui tient compte de l’âge et de l’état de santé. Une ardoise annonce à l’entrée les produits disponibles et leur date de distribution.

Et voici ma petite expérience : cherchant l’ombre, je me glisse dans la partie « magasin d’Etat » d’un marché de La Havane, qui dispose d’un vaste hangar. L’ardoise attire mon regard : de nombreux articles (dans la liste déjà plutôt spartiate) sont manquants, ils ne seront donc pas distribués cette semaine. Je m’enhardis à photographier les matières premières : Ah, le riz vient d’Argentine et les frijoles de Chine. Quant à moi qui viens de France, on est venu me demander gentiment d’arrêter de photographier.

Depuis 2011 le chef de l’État a émis l’hypothèse de la disparition progressive de la libreta. Il semble que le processus ait déjà commencé…

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *