Organopónicos : potagers urbains cubains

Si les potagers urbains font fureur dans les pays développés, ils ont un tout autre goût à Cuba. On les nomme organopónicos¹ et leur origine remonte à la tristement fameuse Période Spéciale des années 90. Ils seraient inspirés des cultures en hydroponie développées en URSS pour pallier le manque d’ensoleillement, mais adaptés au climat tropical.

Plus le moindre engrais disponible, une dépendance dramatique aux importations… Il n’en fallait pas plus pour que les maraîchers et ingénieurs agricoles cubains ne ressortent des techniques vieilles comme le monde : culture en planches surélevées, lombricompost, lutte biologique contre les ravageurs et purins végétaux,  la totale !

Même à Miramar, quartier supposé chic de la capitale, on trouve ici et là un organopónico.
Très modeste organopónico dans Habana Vieja, sur l’emplacement d’un immeuble écroulé.

Du point de vue du consommateur, le bénéfice est immense et se repère dans l’assiette : vos maigres tranches de tomates anémiques proviennent probablement d’une ferme d’État et sont arrivées jusqu’à vous au terme d’un circuit de distribution lent et inefficace.

En revanche, si vous êtes en train de déguster des légumes variés et goûteux, c’est sans doute qu’ils ont été achetés sur un marché d’agricultura urbana (le débouché des organopónicos) ou encore mieux, dans une finca agroecologica (la même chose en plus grand à la campagne).


C’était un petit jardin
Qui sentait bon le Métropolitain…
Jacques Dutronc / Claude Lanzmann, Le petit jardin


Du point de vue des habitants et des visiteurs, les organopónicos sont aussi des espaces de fraîcheur et de poésie qui surgissent au détour de la promenade et invitent à ralentir. À la place d’un immeuble écroulé, entre deux barres de béton ou dans le jardin autrefois somptueux d’un manoir décrépit… le bruit de l’eau, le va-et-vient des abeilles, un papy qui repique ses oignons et le parfum du basilic². Silence, ça pousse !

Lutte intégrée avec des tagètes en bout de rang (pour éloigner les insectes) à l’organopónico de Sancti Spiritus.

Ils sont parfois destinés uniquement à nourrir ceux qui les cultivent (sur le site d’une entreprise par exemple), mais le plus souvent ils proposent une vente sur place. Enfin, certains d’entre eux se visitent et reçoivent régulièrement des associations de jardiniers ou de spécialistes de l’agriculture biologique.

C’est la 3e génération d’organopónicos, qui participe à sa manière au développement d’un tourisme « durable » sur l’île. En attendant votre prochaine visite, je vous propose un petit reportage d’Est en Ouest :

Un minuscule organopónico à Baracoa, entre rue et berges.
Le « tres plantas », le potager et le stade de baseball : un paysage courant dans la périphérie des villes. Ici à Baracoa.

À Baracoa, surprise de découvrir un potager sur l’emplacement de ce qui fut autrefois la pelouse qui enserrait proprement le tres plantas. Un peu plus loin, sous l’égide du CDR, une minuscule parcelle de bord de route fournit quand même tout le quartier en légumes frais.

Sur les planches surélevées de l’organopónico de Sancti Spiritus, on cultive des variétés de haricots adaptés aux grosses chaleurs.
Du producteur au consommateur à l’organopónico de Sancti Spiritus, un dimanche matin : vente d’herbes et conseils de naturopathie.

À Sancti Spiritus, un organopónico étonnant de productivité, malgré la sévère canicule de cette fin juillet, jouxte el estadio où se déroule la finale du tournoi de lucha (je vous en parlerai une autre fois). Les papys qui le cultivent (retraités de FAR ?) ont la main verte ! À l’occasion ils fournissent aussi en plantes médicinales, domaine dans lequel ils ont manifestement la confiance des dames du quartier. Mais pour visiter, tintin.

Devinette : dans quelle ville se trouve cet organopónico ?

Je vous laisse deviner dans quelle ville se trouve cet organopónico ? Indice : « Aqui se queda la clara, la entrañable transparencia…« . Dommage, le punto de venta était fermé lors de mon passage.

Ferme urbaine du Parque Lenin à La Havane : des quimbombos (gombos) king size protégés par un rideau de bananiers.
L’aspect de la papaye (fruta bomba) verte, dans une ferme urbaine en bordure du Parque Lenin. La Havane, été 2017.
Patio de Susana : une petite pépinière pour plantes d’ornement et légumes, au pied d’un immeuble collectif de Miramar.

Aux environs de La Havane, du plus grand au plus petit : les cultures en plein champ de qiumbombos et de frutas bombas en bordure du Parque Lenin et une minuscule pépinière au pied d’un de ces immeubles ingrats d’Alamar. Des échelles différentes mais une même fièvre de culture maraîchère.

L’organopónico de la calle Desagüe, dans El Cerro, La Havane, mérite bien son nom de potager urbain. Les immeubles autour sont une ancienne cité ouvrière des années 30.
Point de vente de l’organopónico de la calle Desagüe, dans El Cerro, La Havane.

El Organoponico de la calle Desagüe dans le quartier El Cerro : cette zone recelait autrefois de nombreuses fabriques et activités commerciales. On y a même construit des cités ouvrières qui évoquent un peu les corons de notre Nord.


Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,
Je me suis promené dans le petit jardin…
Paul Verlaine, Poèmes Saturniens

Aujourd’hui, tout part en poussière, sauf peut-être les parcelles plantées de boniatos, frijoles et herbes aromatiques. Le gardien était réticent à me laisser entrer, puis finalement il s’est attendri mais soudainement il a disparu…

Finca agroecoogica à Viñales, avec vue imprenable sur les mogotes.

On finit ce petit voyage sur les hauteurs de Viñales, avec une vue magnifique sur les mogotes. Malgré son étendue, cette ferme utilise les mêmes méthodes que les organopónicos urbains : planches surélevées et cultures entrecalées de fleurs mellifères. Bonne nouvelle : elle se visite !


Verde que te quiero verde.
Verde viento. Verdes ramas.
El barco sobre la mar
Y el caballo en la montaña…
Federico García Lorca, Romance sonámbulo


Tout comme les fincas La Melissa,  Marta etc. qui ceinturent La Havane. Elle sont gérées par des spécialistes organisés en coopérative. Ce qui signifie qu’en plus de nourrir leurs contemporains, elles participent au renouvellement social en leur offrant de meilleures conditions de travail. De plus, leurs équipes connaissent parfaitement les méthodes de culture qui préservent le sol de l’érosion et de l’épuisement. À suivre !


¹ Traductions possibles pour Organopónicos : potagers urbains, permaculture…

² Le basilic, albahaca sous les tropiques, n’est pas une herbe culinaire mais un élément de culte. Il est vendu à cet effet.

Sources : Suelos de Cuba se degradan en espera de más productividad campesina  sur le site de l’Asociación de Consumidores Orgánicos. Organoponics sur le wiki Opensource Ecology.

Photo à la Une : Un organopónico à Sancti Spiritus, avec ses planches surélevées, ses salades repiquées et son rideau d’arbres fruitiers coupe vent. Un modèle de potager urbain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *