Octobre à La Havane

Une pincée de nostalgie en noir & blanc, des artistes à découvrir dans les institutions culturelles ou au détour des galeries alternatives et un final mouvementé, entre concerts et festival de ballet : Voici le programme culturel de vos vacances de la Toussaint à La Havane.

Photographie

Avant de chroniquer la Revolución, ses barbus photogéniques et ses paysannes alphabétisées, Korda était un photographe de mode, amoureux fou des belles cubaines sophistiquées des années 50. Faites-vous plaisir en (re)découvrant ses clichés à la Fototeca de Cuba.

montage d’après Alberto Korda, Nidia Rios 1956. Droits réservés.

Non loin de là, le Museo de Bellas Artes vous propose d’élargir la perspective avec une Antología de Fotografía Cubana. Et si vous poussez jusqu’au Vedado, ne loupez pas la double exposition Cuba – La Revista, proposée par le Estudio Figueroa-Vives et la Embajada de Noruega, proches voisins de trottoir. Un hommage aux designers et graphistes des années 60 et 70, car on n’en finit pas de puiser dans ces archives étonnantes, d’une grande valeur historique et esthétique.

Cuba Internacional, septembre 69. Création graphique de Hector Villaverde à partir d’une photographie de José A. Figueroa. Droits réservés.

Expositions collectives

Les jeunes plasticiens fraîchement diplômés de l’ISA (Instituto Superior de Arte) s’exposent pour la première fois dans le cadre de Post-It 5, dans les officielles galeries Galiano et Collage Habana. Vous y découvrirez peut-être les coqueluches de demain. À moins que la nouveauté ne soit du côté de l’atelier indépendant Fucina des Artistas, qui propose une rétrospective des artistes accueillis en résidence depuis 4 ans.

Vue d’ensemble de Post-It 5 à la Galeria Galiano, automne 2018.

Loin des circuits officiels, l’Espacio Aglutinador poursuit son âpre quête de liberté en exposant, sous le titre Resistiendo al desalojo, Antonia Eiriz, Tania Bruguera et Ezequiel Suárez. Trois générations, trois personnalités qui, chacune à leur manière, résistent. Vous ne risquez absolument rien à pousser la porte, sauf de repartir avec un regard un peu plus critique qu’à votre arrivée.

Ambiance apaisée à Galleria Continua, qui continue de soutenir une poignée d’artistes cubains. Ils ont la chance d’exposer dans le monde entier mais ne ratez pas cet accrochage à domicile, rare occasion de les voir réunis à Cuba. ¿ Como esta el agua ?, avec notamment l’œuvre Maturation (2018) de José Yaque, à contempler pendant des heures…

¿ Como esta el agua ?, exposition collective automne 2018 à Galleria Continua La Havane. Au premier plan : Maturation (2018) de José Yaque. Photo Nestor Kim, droits réservés.

L’univers d’un artiste

Au rayon « expo personnelle », direction la Galeria Servando pour l’exposition de jorge & larry. Oui oui, ils sont deux… mais signent à quatre mains depuis des lustres, une œuvre parfois dérangeante où les sœurs Olsen et Karl Lagerfeld voisinent avec une cellule de prison et des images d’un homoérotisme assumé.

Autre forte personnalité, récemment « réhabilitée » : Jesús de Armas est à découvrir (post mortem) au Museo de Bellas Artes. Venu du dessin animé et de la caricature, il portait en lui en monde bien plus sombre inspiré de la mémoire des indiens Tainos et Siboneyes.

Jesus de Armas, Guatahuba anunciando la tormenta. Droits réservés.

Spectacle vivant

L’événement de la fin octobre, c’est le Festival Internacional de Ballet. Sans espoir de décrocher une place pour le gala d’ouverture au Gran Teatro de La Habana ? No problem, reportez-vous sur le Mella, le Martí et bien sûr le Teatro Nacional. Le spectacle est aussi dans la salle, vous serez étonnés de voir à quel point le ballet est populaire à Cuba.

BNC, Yanela Piñera y Arián Molina dans Giselle, 2015.

Pas plus motivés que ça pour les pointes de Giselle, ou envie de danser vous-mêmes ? Reportez-vous au programme de Suenacubano pour savoir où jouent les Pupy y los que Son Son, Interactivo, El Niño y la Verdad ou encore Ivette Cepeda. Ils ont leurs habitudes qui au Brecht qui à la Casa de la Musica de Miramar… et il y a de la place pour bouger !

La plus grande variété de styles musicaux se trouve à la Fábrica de Arte Cubano.  Mais à l’heure où j’écris cet article, la friche artistique la plus branchée des Caraïbes est en train de fourbir ses armes en vue de sa réouverture prochaine. Rien n’a encore filtré, à part l’expo Posturas / Imposturas mais reportez-vous à sa page FB pour le détail des festivités !


La sélection ci-dessus ne représente qu’une toute petite partie de ce qui vous attend. Si vous avez connaissance d’autres expos, spectacles, concerts, n’hésitez pas à les signaler dans les commentaires de cet article !

Image à la Une : expositions de Jesus de Armas, jorge & larry, Korda et festival de ballet, entre autres réjouissances au programme de ce mois d’octobre 2018.

2 réflexions sur « Octobre à La Havane »

  1. Merci pour vos interventions et vos investigations !
    je pars bientôt pour quelques jours à la Havane!
    bien à vous Lillie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *