Nosotros La Música

Années 60 à Cuba : avec la création de l’ICAIC, le moment est venu de documenter la société et particulièrement une de ses manifestations les plus connues urbi et orbi : la musique, omniprésente dans l’espace public et la vie urbaine, de jour comme de nuit.

Avec un talent inouï et les moyens du bord, tous les cinéastes s’y mettent, de Sara Gomez à Saba Cabrera (j’y reviendrai). De cette abondante production plus ou moins bien conservée, un titre se détache : Nosotros la música (1964), de Rogelio Paris.

On est en 1964 : il ne s’agit plus de filmer les affreux touristes américains, ils ont déserté les dancings du Vedado. Et l’étouffoir d’une certaine censure dans l’esthétique et le contenu des œuvres n’a pas encore éteint la belle flamme qui anime toute une génération de cinéastes.

Nosotros la música (1964) Rogelio París : Ana Gloria.

Nosotros la música se situe dans ce présent fugace : en une dizaine de séquences, tournées à la Havane et Santiago de Cuba, le film restitue la bande son d’une époque où la musique infusait tous les moments de la vie.  Danzon, Son, Bolero, Feeling, « música moderna » pour ne pas dire latin jazz, Rumba, Conga, Trova santiaguera, Cha cha cha, Pachanga…

Entre les morceaux musicaux, la caméra glisse en apesanteur (prouesse technique) dans les rues et les arrière-cour, les coulisses et les appartements, sans voix off, juste en témoin de l’environnement dans lequel cette musique advient. Malgré le noir et blanc un peu rugueux de la copie disponible en ligne, on s’y  croirait !

Vous aurez peut-être reconnu le Conjunto Folklorico Nacional, qui venait d’être créé, puis Ignacio Vila, dit Bola de Nieve. Images étonnantes d’Alejo Carpentier assistant, bougon, à un concert privé chez l’artiste, avec toute la farándula de l’époque…  Mais aussi Celeste Mendoza, les néons de La Zorra y el Cuervo, Ana Gloria, le concert d’adieu d’Elena Burke, la Charanga Francesa, le Septeto Nacional Piñeiro à la playa…

Nosotros la música (1964) Rogelio París : Bola de Nieve.

J’ai une pensée émue pour tous ces illustres et magnifiques inconnu-es qui traversent l’image avec leur danse, leur corneta china, leur costume cravate impeccable ou leur escarpins à bout pointu, leur chant ou leur guitare virtuose…

Ce sont eux que nous croisons cinquante ans plus tard, au détour des rues de La Havane ou de Santiago, ayant remisé depuis longtemps leurs costume cravate ou leurs robes cintrées… Silhouettes fragiles et le plus souvent pauvres, tentant de ne pas perdre pied dans cette société qu’ils ont vue changer du tout au tout, dans un sens et maintenant dans l’autre, se frayant un chemin entre deux taxis pour touristes qui hurlent le reggaeton à toute heure. Une musique qui n’est peut-être plus tout à fait la leur…

Nosotros la música (1964) Rogelio París : deux danseurs inconnus.

Nosotros la música (1964), 66 minutes
Scénario et réalisation Rogelio Paris
Production ICAIC

Voir l’article de Fabrice Hatem Nosotros la Musica – en français pour une fois, sur sa homepage.

Pour une l-meilleure qualité d’image, Nosotros La Música se trouve en DVD chez Trigon films. Faites-vous plaisir !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *