Las doce sillas (jeu de mots cinéphile)

Faire une pause dans l’actualité. Vite, une chaise ! Oui mais laquelle ?

En 1962 sort à Cuba un long métrage de fiction de Tomás Gutiérrez Alea : Las Doce Sillas, d’après le roman soviétique du même nom. Les héros partent à la recherche de diamants de famille cachés dans une chaise, mais le bel ensemble de douze pièces est démantelé dans une vente aux enchères, ce qui ne facilite pas leur traque. Ils espèrent jusqu’au dernier moment mettre la main sur LA chaise, mais c’est leur conscience d’homme nouveau qui sera révélée – ou pas.

Une scène de Las Doce Sillas, sous le chapiteau du Circo Santos y Artigas, 1962.

Aujourd’hui, pour trouver à Cuba un tel ensemble de 12 chaises de table, ornement obligé de tout intérieur bourgeois d’antan, il faut pousser les portes d’un museo historico. Le mobilier importé est plutôt en plastique et les Cubains ordinaires ont appris depuis longtemps à faire avec ce qu’il y a… et même ce qu’il n’y a pas.

Amélioration d’un modèle plastique à l’aide d’un autre, Habana Vieja 2017
Réutilisation brillante du dossier d’une des chaises pour en faire l’assise de l’autre. Développement du concept de dossier facultatif et indépendant de l’assise. Camagüey 2012.

La pénurie engendrant la créativité, toute une gamme de solutions est mise en œuvre au quotidien pour pallier la détérioration des modèles existants, ou pour en inventer d’autres avec les moyens du bord. Un peu d’imagination et beaucoup de ténacité : deux fers à béton deviennent une exquise chaise de jardin, une chaise plastique sans pieds devient le moule d’innombrables sièges en ciment, deux chaises incomplètes n’en font plus qu’une… etc.


Pause : quittons un instant les solutions individuelles pour nous intéresser aux sièges collectifs. Quelques jolis exemples ci-dessous, dont le dessin est magnifié par la répétition.


Privé ou public : Inventer, c’est enchanter la vie de tous les jours et au final, résister. Préparons-nous sans doute à découvrir la troisième génération de chaises, fabriquées avec ces hybrides en fin de vie, car aucune amélioration en vue depuis des années. Il est vrai qu’il existe une agence et même une biennale du design à La Havane, mais leurs productions sont ultra confidentielles et n’ont pas encore essaimé dans l’espace public.

Ordonnancement rigoureux d’un patio privé dans Habana Vieja, sièges et jardinières faits maison, 2017.
Chaise unique près de la Loma del Angel, Habana Vieja, 2017. Le dossier est sans doute découpé dans un restant de portail.

Allez, ne restez pas debout pour autant. Chaque modèle est unique, certains ont beaucoup de charme et la partie de dominos va bientôt commencer. Chacun amène de quoi s’asseoir !

Joueurs de dominos dans le Vedado, 2012. Sièges dépareillés et concentration maximale.

Voir la page E comme Escasez dans l’abécédaire de l’espace public et le site d’Ernesto Oroza, artiste cubain vivant aux États-Unis, qui développe les concepts d’Architecture de Nécessité (ce que j’appelle design de escasez) et, au delà, de Désobéissance Technologique.

Las Doce Sillas, long métrage de fiction de Tomás Gutiérrez Alea (Titón), 1962. Vous pouvez le voir gratuitement sur internet bien que la qualité de l’image soit très médiocre.
Bonus : les sous-titres en russe, qui vous donneront envie de ressortir votre Davidoff & Pauliat.
Avec Enrique Santiesteban, Reinaldo Miravalles et la participation des artistes du Circo Santos y Artigas.
Produit et distribué par l’ICAIC.
Musique Juan Blanco.

Photo à la Une : deux chaises de jardin ayant subi une discrète transformation, dans la magnifique et atmosphérique maison familiale de Miguel Suarez del Villar Mauri, à Trinidad. On n’est pas si loin des doce sillas de 1962.


Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *