Krudas Cubensi, Mi cuerpo es mio 2013 (capture d'écran).

Krudas Cubensi : 3 X révolutionnaires !

« Nous avons été la révolution féministe & queer, à l’intérieur de la révolution afro caribéenne & hip hop, à l’intérieur de la révolution cubaine. » Si je compte bien ça fait trois révolutions revendiquées pour ces sacrées personnalités !

Leur univers ? Hip hop queer vegan afrocubano. Leur musique ? Hip-hop bien sûr mais aussi Dancehall reggae, Cumbia, Funk, Spoken word… Elles chantent également Ni maître, ni état, ni parti ni mari ce qui me rappelle quelque chose.

Extraits du texte Somos Krudas : Nous avons été la révolution féministe & queer, à l’intérieur de la révolution afrocentrée caribéenne & hip hop, à l’intérieur de la révolution cubaine. Nous avons besoin de donner notre musique, notre poésie, au monde entier, pas seulement à Cuba… Le 17 décembre 2014 ? Pour moi c’est contradictoire, je ne sais pas si mon pays, mon île, sont préparés pour l’arrivée de ce train du capitalisme impitoyable… mais c’est nous : notre destin, notre mission, notre lutte.

Elles ce sont les Krudas Cubensi, un groupe qui s’est formé dans les années 90 pour faire du théâtre de rue à caractère communautaire mixé de hip hop. Après s’être produites au Festival de rap d’Alamar, considérant l’écrasante prépondérance des groupes masculins dans ce genre musical, elles ont décidé de se concentrer sur la musique : Krudas Cubensi était né, un trio composé d’Olivia, Odayamara et Odalys.

Les femmes étaient rares dans ce milieu et passaient rapidement à autre chose. Les Krudas, elles, ont passé la frontière. Via le Mexique elles sont arrivées aux États-Unis en 2006. En exil, le trio est devenu duo et continue inlassablement d’éveiller les consciences sur la situation d’isolation que vivent les femmes noires, caribéennes et lesbiennes dans tous les secteurs de la société. En témoigne ce clip Mi cuerpo es Mio, qui ne mâche pas ses mots !

Depuis 2006 bien des choses ont bougé à Cuba, en particulier en termes de droits à la sexualité. Il est loin le temps où la responsable du CENESEX leur disait que le « peuple » n’était pas prêt pour leurs idées, où leur banderole arc-en-ciel faisait scandale dans le défilé du 1er mai…

Mais beaucoup reste à faire, le rap est toujours aussi macho-centré, ce qui est bien dommage car il y a sûrement des femmes de talent à découvrir ! Alors Olivia « Pelusa Kruda » Prendes et Odaymara « Pasa Kruda » Cuesta, devenues texanes (mais revenant souvent à Cuba), continuent de parcourir les festivals alternatifs sur tous les continents avec leur flow, leur culot, leur humour et beaucoup d’amour.

Suivez leurs pérégrinations sur leur page FB pour des nouvelles fraîches et qui sait un concert dans le coin !


Voir l’article Krudas Cubensi en La Habana 2014 dans Havana Times.

Image à la Une : Mi cuerpo es mio, capture d’écran, droits réservés.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *