Expos d’été : Artistes cubains du Nord au Sud et d’Est en Ouest

Rêvons d’ubiquité, de télétransmission ou plus prosaïquement de billets d’avion super soldés. C’est parti :

Pintura Fresca II : la Galería Habana poursuit ses recherches sur les nouveaux développements de la peinture contemporaine. Agustín Hernández, Alex Hernández, Antoine Mena, Darwin Estacio, Frank Martínez, Niels Reyes, Roldán Lauzán et Yunier Hernández, à voir à La Havane jusqu’au 28 août.

Quelques milliers de kilomètres plus au sud, le Museu Oscar Niemeyer de Curitiba expose une rétrospective (1939 – 1976) de 80 œuvres de Wifredo Lam. O espiritu da criação jusqu’au 13 septembre puis en balade à São Paulo, Rio de Janeiro et Brasilia.

Retour en Europe : Iconocracia, expo collective à voir au Pays Basque et Carlos Garaicoa dans l’expo The day will come where there is Hope de la Triennale der Photographie Hamburg. Identité, émigration, mémoire et perte parcourent les allées de la Kunsthalle, entre autres lieux de cette énorme manifestation.

Sandra Ramos Naufragio, 2008. Courtesy Cuban Art News
Sandra Ramos Naufragio, 2008. Courtesy Cuban Art News

Summer in the City de l’autre côté de l’Atlantique : le Jewish Museum de New York propose Sights and Sounds : Cuba avec des artistes vidéastes qui créent sur une rive ou l’autre du Détroit de Floride : Sandra Ramos, Diana Montero, Reynier Leyva Novo, Vanessa Portieles et Yanelvis González. Jusqu’au 30 juillet.

Le travail d’Ana Mendieta est présent –  forcément – dans l’exposition Between History and the Body, à voir jusqu’au 16 octobre à The 8th Floor art space, Manhattan. La manifestation Covered in Time and History : The Films of Ana Mendieta enchaîne à la Katherine E. Nash Gallery (University of Minnesota) à partir du 15 septembre : 21 films et plein de photos qui voyageront par la suite dans d’autres universités EtatsUniennes.

Ostalgie à la Cubaine, travail critique ou les deux ? l’exposition Pioneros : Building Cuba’s Socialist Childhood sera visible du 17 au 30 septembre à Arnold and Sheila Aronson Galleries of the New School, New York. Objets, documents et photos de l’univers matériel des enfants cubains dans les années 60, 70 et 80 rassemblés par Maria A. Cabrera Arus (auteur du site Cuba Material) et Meyken Barreto.

María Magdalena Campos-Pons, My Mother Told Me I Am Chinese, 2008. Courtesy Cuban Art News
María Magdalena Campos-Pons, My Mother Told Me I Am Chinese, 2008. Courtesy Cuban Art News

Enfin le Mana Contemporary de Jersey City accueille María Magdalena Campos-Pons parmi d’autres artistes dans l’exposition Theorem : You Simply Destroy the Image I Always Had of Myself. Des grands formats à contempler jusqu’au 1er août.

Ouf !

p.s. : n’oubliez pas la Biennale de Venise.

Voir aussi la page Arts visuels.


Traduit et adapté de l’article sur l’excellent site CubanArtNews : Update: Fresh Paint in Havana, Lam in Brazil, Iconocracy in Spain, Cuban Video in NYC

Image à la Une : Lilibeth Cuenca Rasmussen’s re-enactment of « Blood Signs & Body Tracks » (1974) by Ana Mendieta
photo Barry Hoggard licence creative commons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *