Énergie propre à Cuba : Autant en emporte le vent

Autant en emporte le vent… et le soleil : Selon EFE, agence officielle, en 2016 Cuba a construit 59 parcs solaires photovoltaïques dont 33 seront terminés et connectés au réseau de distribution d’énergie dès 2017. Le but est bien entendu de réduire la dépendance au pétrole importé. Car il y a aussi de l’Oro Negro à Cuba, surtout à Varadero (hic), mais ceci est une autre histoire dont je vous parlerai plus tard. Pour l’heure, mettons-nous au soleil.

Les chiffres du soleil

Soleil nourricier dans la Vallée de Viñales, hiver 2014

1 800 : C’est le nombre de kilowatts par mètre carré et par an fournis gratuitement par l’astre solaire à Cuba. De quoi devenir une véritable puissance énergétique… à condition de pouvoir investir.

11 : c’est le nombre de nouveaux parcs photovoltaïques qui s’ajoutent à ceux déjà existants à Pinar del Rio. Grâce à des capitaux chinois, et ce n’est pas fini. De très nombreuses entreprises disposent déjà  de leur petit parc perso, qui sur le toit et qui dans l’arrière cour.

4 % : c’est le pourcentage d’électricité provenant de sources renouvelables actuellement en cours à Cuba.

24% : c’est l’objectif pour 2030. Let the sun shine !

Panneaux solaires sur le toit de l’hôtel Ordoño, Gibara 2015

Biomasse à profusion

Si vous êtes amateurs de guarapo, vous avez observé ce qu’il reste de la canne après broyage : un matériau filandreux qu’on stocke dans un coin. Mais à l’échelle des centrales azucareras, il est hautement réutilisable !

Cuba a ouvert en 2012 sa première centrale électrique utilisant la biomasse de la canne à sucre, avec l’objectif de couvrir 30% de ses besoins énergétiques grâce à cette bio-électricité. Située dans la province de Ciego de Avila, à 400 km à l’est de La Havane, elle utilise la biomasse de canne (bagasse et résidus agricoles) mais aussi forestière, en l’occurrence le marabú, cet arbuste envahissant (euphémisme) dont je vous disais quelques mots dans Le marabú part en fumée… En fumée ? C’est qu’il fait aussi un excellent charbon.

L’électricité produite sert directement au raffinage du sucre et l’excédent (quand il y en a) est réinjecté dans le réseau national qui en a bien besoin.

Coup de vent

Cuba compte déjà avec 4 parcs d’éoliennes dont 2 dans l’Oriente, 1 dans le centre et 1 sur l’Isla de la Juventud… et va en construire 7 avec la participation d’une entreprise espagnole. Les turbines dernier cri tourneront à 93 mètres de hauteur pour faire grimper le pourcentage d’énergie propre consommée sur l’Île.

Les éoliennes de Gibara, intactes après plusieurs ouragans, 2015

Ce n’est pas leur seule vertu : Celles de Gibara, qui ont eu 9 ans en février, ont parfaitement résisté aux ouragans Sandy et Matthew, qui ont pourtant bien esquinté la région orientale de l’Île. On connaît des grandes puissances qui devraient sans doute s’en inspirer…

Ces changements dans la politique énergétique ne sont pas dus seulement à une prise de conscience écologique, mais à la diminution des apports vénézuéliens. En effet, et bien que des négociations soient en cours avec l’Algérie et… la Russie, il est fort probable que Cuba ne retrouvera jamais les tarifs super avantageux des barils de pétrole en provenance de Caracas.

Toujours est-il que du 31mai au 2 juin prochains, La Havane accueillera un important forum consacré aux énergies renouvelables. Qu’il pleuve ou qu’il vente !

Averse tropicale à Baracoa, 2012

Avertissement : être au courant, au jour le jour, des investissements dans l’énergie renouvelable à Cuba ? C’est tout aussi difficile que de recenser les nouveaux spots wifi. Lorsque vous lisez cet article, n’hésitez pas à consulter aussi d’autres sources pour actualiser les données !

Centrale électrique sur la VIa Blanca entre Guanabo et Santa Cruz del Norte, 2016

À lire : Cuba construye 59 parques solares fotovoltaicos sur Havanalive, Crecen las inversiones en energías renovables et El plan de inversiones en energías renovables dans Cartas desde Cuba (Fernando Ravsberg)

À Cuba les éoliennes ont résisté à l’ouragan Sandy dans Cubanismo.be


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *