Cirque

Il est peut-être né au pied des tours gothiques, il a sans doute été façonné dans sa forme moderne par le britannique Philip Astley, mais force est de constater qu’il est allé loin : le cirque, si ancien et si populaire en Europe, a touché terre à Cuba.

À la fin du XVIIIe siècle, des écrits officiels font état de « jongleurs, prestidigitateurs, saltimbanques, mimes et funambules » dans l’espace public, ou de clowns et marionnettistes dans les demeures des riches. En 1800 une installation précaire de toile et bois accueille un cirque équestre à La Havane : le Circo Cubano est né.

Chapiteau du Circo Nacional INIT, photo © Circo Nacional de Cuba
Chapiteau du Circo Nacional INIT, photo © Circo Nacional de Cuba

Triple salto dans le temps et rétablissement en 1960 : après bien des péripéties et beaucoup d’apports extérieurs (France, Panama, USA…), affrontant pénuries et cyclones, le cirque s’impose comme divertissement populaire subventionné dès les premiers temps de la Révolution sous le nom de Circo Nacional INIT, installé à deux blocs du Capitolio.

Train du Cirque National INIT, photo © Circo Nacional de Cuba
Train du Cirque National INIT, photo © Circo Nacional de Cuba

1962 : Premier chapiteau d’État flanqué de son train aménagé avec cuisine, bureaux, eau potable et crèche pour les enfants des artistes. Indispensable puisque la troupe tourne 10 mois par an dans tout le pays !

Témoignage de cette époque : quelques tendres images du clown Trompoloco, Edwin Fernández (1928 – 1997) pour l’état civil. Comédien de théâtre et de télévision, il avait partagé la vie du cirque en tournée pendant toute une saison ! Aimé, chéri, regretté de tous au point qu’on a donné son nom au grand chapiteau du Circo Nacional !

Le festival Circuba, né en 1981, s’est interrompu de 1991 à 2006 pour raison – on le suppose – de pénurie de tout et surtout de carburant. Ce même carburant qui en Europe, dans les années 70, a été une des causes de la chute du cirque traditionnel et… de l’apparition du nouveau cirque !

Les échanges avec Moscou, Pyongyang ou Monte Carlo ont cependant permis aux artistes Cubains de belles récoltes de médailles dans les concours internationaux !

Circuba 2012 photo © Reno Massola
Circuba 2012 photo © Reno Massola

2002 : première représentation du Circo Nacional de Cuba au Teatro Nacional. 2005 : inauguration du premier chapiteau Trompoloco avec le spectacle Ritmo, Color y Fantasía. La suite – dans une esthétique assez éloignée de celle du nouveau cirque européen – est à déguster en direct !

Cependant pour ceux qui ne feront pas le voyage, voici un lien vers l’album photo de Circuba 2015 sur la page Cuba What’s On. Attention les yeux !

Note sur les payasos


Les clowns à Cuba ont leur concours annuel : le Concurso Nacional de Payasos Edwin Fernández In Memoriam et… une spécialité peu ou pas connue en France, l’animation de matinées enfantines. Mais n’est pas Trompoloco qui veut… Petite expérience personnelle d’un dimanche matin à La Havane : Dans un registre de farce volontiers scatologique, les clowns font hurler de rire les petits enfants en ridiculisant leurs parents… De tels divertissements sont courants le dimanche et pendant les vacances dans les musées, les cinémas et les théâtres.

actividad-infantil-museo-de-bellas-artes-2015


Traduit et adapté d’après l’article « Nuestra Historia » sur le site du Circo Nacional de Cuba

Photo à la Une : Edwin Fernández, Trompoloco pour toute une génération. Droits réservés.

Voir l’article Circuba 2015 : on the road again !

Voir l’article Circo Santos y Artigas : trio tragique au trapèze.

Enregistrer

2 réflexions sur “ Cirque ”

  1. Hola

    je n’ai pas encore fini de lire votre site mais je suis curieuse de continuer à le lire.
    Cubaine résidente en France depuis 10 ans, avec la chance de pouvoir me rendre sur place chaque année;

    Comment je peux vous contacter autrement?

    Cordialement

    Gisela

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *