Clandestina. Idania : 1, Donald : 0

Attention, je m’apprête à écrire un article sur les rapports Cuba – États-Unis sans parler de politique. Le récent succès de Clandestina, boutique de créatrices à La Havane, me fournit une occasion en or !

Zoom back en 2015 lorsque Idania del Rio et Leire Fernández ouvrent Clandestina, une boutique qui détonne dans cette Habana Vieja saturée d’offres touristiques. Elles proposent des créations maison à base de sérigraphie, vêtements recyclés et symboles nationaux passés à la moulinette de l’humour, dans des couleurs rafraîchissantes. Reportez vous à l’article Clandestina 99% design cubano, de l’air, de l’art ! pour tout savoir des débuts de cette aventure.

Et les États-Unis dans tout ça ?

J’y viens, j’y viens. Nous sommes en 2017, Clandestina bénéficie d’une couverture presse impressionnante et les branchés around the world affluent dans la boutique devenue exigüe, où toute une équipe s’active à imprimer, sécher, emballer et vendre.

La fresque représentant un champ de canne à sucre a été remplacée par des bananes dodues, les prix ont un peu grimpé (il faut bien le dire) mais quelque chose cloche : le succès mondial est freiné par la réalité économique de l’Île. Impossible de vendre à l’étranger, de se procurer les matières premières sur place, bref le plafond semble atteint.

Ce serait sans compter sur cette science du resolver spécifiquement cubaine : impossible d’exporter ? Qu’à cela ne tienne ! Idania et Leire créent une boutique en ligne dont les produits seront fabriqués et expédiés depuis, depuis…

Vous avez droit à 3 réponses : Vietnam ? Taïwan ? Bangladesh ? Perdu ! La fabrique se trouve aux États-Unis. Columbia, South Carolina pour être précis.


We are artists and designers. We are entrepreneurs and creators. We are women, and men, and anything in between. We are LGBTQ, we are of every race, and background, and belief. Plus we’re funny. Hilarious, in fact. Super, super funny.¹


En plus d’être un sacré coup de boule aux sales types arriérés qui prétendent dominer le monde, c’est une décision pragmatique. Les créatrices le disent elles-mêmes :

« Tous nos produits sont conçus à La Havane et fabriqués aux États-Unis parce que nous n’avons pas le choix : expédier de la marchandise depuis Cuba est presque impossible, s’y retrouver dans les régulations et les coûts de l’import-export entre les deux pays donne le tournis… Alors nous avons resolvé. Tous les produits en vente sur le site viennent de filières de développement durable, sont imprimés par nos associés à Columbia, SC et expédiés dans le monde entier.« ¹
La boutique de La Havane reste, elle, le noyau d’où rayonne toute l’énergie de cette belle affaire.

Clandestina 99% diseño cubano : la ligne vintrashe dans la boutique en 2017.

Le T-shirt Clandestina est donc en passe de devenir LE cadeau de noël sélect, et c’est très bien. Mais moi, ce qui me fait le plus marrer, c’est qu’une Cubaine et une Espagnole fournissent du travail à des citoyens des États-Unis. Comme symbole, ça se pose là. Ne jamais sous-estimer le subdesarollo, messieurs !

Grand jeu-concours serendipia-cc # 1

Mon T-shirt perso est dissimulé dans une des photos du site clandestina.co, saurez-vous le retrouver ? La première bonne réponse donne droit à 250 g de dulce de guayaba (ou autre produit criollo, en cas de rupture de stock) disponible en France à partir du 4 janvier 2018. Un indice se trouve dans l’article Rayo.cero, des utopies fertiles à La Havane. Ouvrez l’œil !

Idania del Rio procède en personne au séchage de mon T-shirt. La classe.

Votre commande est en cours d’expédition

Vous remarquez que nous ne parlons toujours pas de politique, seulement de commerce. Et justement, quels sont les produits ? Pour l’instant, une demi-douzaine de modèles de T-shirts aux slogans qui claquent : Actually, I’m in Havana (subtile allusion aux difficultés de connexion), Resistir es Vencer (en effet) ou le très actuel Asere, ya, gracias pour vos manifs anti-harcèlement de rue.

Une gamme qui va s’enrichir. Et qui va donner des idées, on l’espère, à d’autres Cubains et Cubaines pour conquérir le monde !


¹ Textes du site site clandestina.co.
« All of our products are designed in Havana and made in the US, because we don’t have much choice. Manufacturing in Cuba and shipping abroad is nearly impossible. Navigating through intense US and Cuban import/export regulations and abiding by high tariffs made our heads spin. Instead, we resolver’d and found a way. All our products on this site are sustainable sourced, printed by our partners in Columbia, SC, and shipped all over the world. »

Photo à la Une : courtesy Gabriel Guerra Bianchini, Idania del RIo à la party pour les 2 ans de Clandestina 99% diseño cubano et lancement de la tienda online, La Havane, novembre 2017. Droits réservés.


Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *