Ciné cubain : la nostalgie, camarades…

Pour la première fois, le cinéma cubain expose son patrimoine matériel ! En effet, si le 7e Art est passé au tout numérique, les objets et costumes qui ont tourné dans nos films préférés continuent d’exister, eux, et pas seulement dans notre souvenir…

Alors si vous voulez voir les costumes de Raquel Revuelta dans Lucia, ou ceux de Beatriz Valdés dans La bella del Alhambra, ou  peut-être essayer le télescope de Sergio Corrieri dans Memorias del subdesarrollo… pointez-vous au carrefour de 23 et 12 où ces memorabilia sont visibles pendant tout le mois de mars. Habituellement ces merveilles sont entreposées bien loin, dans les studios de Cubanacan, mais l’ICAIC a décidé de les ressortir pour son 58e anniversaire.

La Habana, carteles en el lobby del ICAIC

À cette occasion vous pourrez visiter tout le quartier puisque l’expo s’étend du Ciné Chaplin au hall de l’ICAIC (projecteurs et matériels de collection) et du Centro Fresa y Chocolate (costumes et meubles) au Ciné 23 y 12 (trophées et palmes en tout genre). Les Estudios de Animación (bâtiment ICAIC, entrée par la calle 25) seront exceptionnellement ouverts et exposeront les maquettes et acétates de Vampiros en La Habana, entre autres incunables de la cinématographie nationale.

À l’heure où le puissant ICAIC perd un peu de sa suprématie – les réalisateurs ont recours à des productions « étrangères » et ne se gênent plus pour s’affranchir de la Maison Mère – ce coup de charme avec une touche de fétichisme est aussi un excellent coup de pub. Invoquer la mémoire collective de cet âge d’or du cinéma… quel meilleur plan ?

Si quelqu’un-e  y va, merci de faire quelques photos… La robe de Lucia ! La vraie !


Source : Cubaciné, portal del ICAIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *