B comme Baños, Bohio, Bulevar

Baños

La Havane baños 2010
La Havane baños 2010

Le premier voyage à Cuba est l’occasion d’en prendre conscience : des baños opérationnels comportent une cuvette, une chasse d’eau + eau, une porte + loquet, un interrupteur, une ampoule + courant, du papier et si possible une corbeille et un lavabo. Mais dans les baños des lieux publics à Cuba, tous ces éléments sont rarement réunis et c’est plus ou moins perturbant selon ce qui manque…

En revanche vous trouverez souvent des fleurs fraîches ou en plastique posées sur une faïence impeccable, ainsi qu’une dame qui vous tend 2 feuilles de papier.

Santiago de Cuba pomme de douche chauffante 2012
Santiago de Cuba pomme de douche chauffante 2012

Si vous louez une chambre dans une casa particular, changement de décor : les salles de bains et toilettes y sont toujours impeccables, parfois vintage, souvent récentes, avec pour seul inconvénient un modèle de pomme de douche chauffante qui, je ne sais pourquoi, me donne toujours envie de siffloter Alexandrie, Alexandra

Bohio

Dentro del bohio Parque Humboldt 2013
Dentro del bohio Parque Humboldt 2013

Cette maison au toit de palmes est encore présente dans l’espace rural. Elle est aussi le symbole des conditions de vie des paysans avant 1959 : Dans Soy Cuba (de Mikhaïl Kalatozov, sorti en 1964) un guajiro brûle son bohio par désespoir.  Aujourd’hui la tôle ondulée remplace souvent la palme mais le sol est toujours de terre battue et les conditions de vie sont difficiles chez les cueilleurs de café de l’Oriente.

Voir l’article El bohio de nuestros campos sur le blog de Carolina Vilchez : explications techniques, conseils et schémas pour construire votre toit de palmes !

Bulevar

Toutes les villes ont leur Bulevar (qui s’écrit aussi boulevard),  synonyme de rue piétonne,  flânerie, boutiques, consommation.

La Havane magasin Fin de Siglo calle San Rafael 2012
La Havane magasin Fin de Siglo calle San Rafael 2012

À La Havane c’est au début de la calle San Rafael,  on peut y acheter des nike et des adidas dans des magasins protégés comme des bijouteries.  Ce détail mis à part, San Rafael ressemble à Saint Ferreol à Marseille : Levez les yeux et vous découvrirez la beauté des bâtiments et des enseignes, témoignant d’une activité commerciale intense dans les années 50. Passez la tête dans une entrée d’immeuble, vous serez témoin de l’usure extrême voire de l’écroulement imminent. Regardez autour de vous : des ados survoltés, des amoureux, des poussettes…


A aller à C

 

 

 

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *