Ballet, le sens du mouvement

Le Ballet Nacional de Cuba nous informe de ses danseurs invités à l’extérieur : Viengsay Valdés et Víctor Estévez danseront  Kitri et Basilio dans le Don Quijote du Ballet Concierto de Puerto Rico en mars. Arián Molina est invité par le Ballet de Pensylvanie et la jeune Grettel Morejón rejoindra le Sofía Festival Ballet pour une tournée en Italie lors de laquelle elle dansera la Belle au Bois Dormant…

C’est un peu pâlichon quand on pense que le beau et talentueux Carlos Acosta danse dans le monde entier et surtout au Royal Ballet de Londres depuis ses vingt ans (il en a quarante deux !), que le jeune Roylan Ramos danse Forsythe et Marin au Ballet de l’Opéra de Lyon (vu en janvier, classieux !) et la liste est longue des espoirs du BNC qui finalement font leur vie de danseurs ailleurs : dans la famille Acosta on demande le neveu, Yonah, soliste à l’English National Ballet… Lorna Feijoo a quitté Cuba en 2002 pour passer une année au Cincinnati Ballet mais elle est restée au Boston Ballet plus de dix ans… Quant au phénomène Osiel Gounod (24 ans) il a été nommé principal à La Havane en 2011 mais dès 2013 il s’est installé à Oslo et s’appelle maintenant Osiel Gouneo. Ces solistes partent généralement avec l’aval de l’Etat (quelle meilleure communication ?) mais les danseurs du corps de ballet ne jouissent pas de ce privilège. Rien qu’en 2013, sept d’entre eux ont fait défection lors d’une tournée au Mexique.

Quelles que soient les conditions de leur départ il semble que les danseurs cubains soient confrontés à un véritable dilemme concernant leur carrière : rester dans le pays qu’ils aiment et qui leur a fourni une formation exceptionnelle ou s’exiler pour danser autre chose que le répertoire rebattu des tubes classiques. En effet la direction artistique  du Ballet est toujours assurée par Alicia Alonso – qui a atteint l’âge vénérable de 94 ans – et sa dauphine, la magnifique mais plus très jeune Loïpa Araujo est partie elle aussi à Londres…


Une classe avec la très exigeante Loïpa Araujo c’est quelque chose, la vidéo ci-dessus en témoigne. Parmi les danseurs Viengsay Valdes, Lorna Feijoo, Sadaise Arencibia, Carlos Acosta !


J’ai vu la compagnie début janvier 2015 au Teatro Nacional : c’était le programme de Noël avec des extraits de tous les grands ballets du répertoire : pas forcément une bonne idée parce qu’on s’aperçoit tout de suite que tous les pas de deux mis bout à bout évoquent plus un concours de l’Eurovision que la « Magia de la Danza » (c’était le titre du programme). Et d’autre part, on voit défiler tous les solistes et donc on perçoit que les danseuses confirmées que sont Viengsay Valdés et Sadaise Arencibia ont souvent (pas toujours !) des partenaires plus jeunes et moins expérimentés qu’elles…

La prochaine génération sera sans doute plus libre de ses mouvements, enfin.

Photo à la Une : Yanela Piñera y Arián Molina, saluts après Giselle 04/01/2015


 

Enregistrer

Enregistrer

Une réflexion sur « Ballet, le sens du mouvement »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *