Acosta Danza, Alrededor no hay nada de Goyo Montero. Photo Boris Muriedas, droits réservés

Acosta Danza : Carlos lance sa compagnie !

C’est parti ! Carlos Acosta en rêvait depuis longtemps et maintenant c’est une réalité tangible : Acosta Danza est née sous les feux du Gran Teatro de La Habana, devant des compatriotes impatients et des dizaines de professionnels du monde entier qui ont fait le déplacement exprès.

Bon, je n’en étais pas mais je vous fais un petit résumé : L’intention du danseur-chorégraphe, récemment retraité du répertoire classique, est de « rendre à son pays tout ce qu’il a appris dans sa carrière » et de promouvoir le talent cubain en cette époque où les ponts et les bras se tendent. Néanmoins, de la coupeaux lèvres le chemin fut semé de croche-pattes et sauts de chat (voir l’article Voulez-vous danser avec moi ?) mais il goûte enfin le fruit de son travail.


Vidéo mise en ligne par Cubasi à l’issue de la générale : Faune de Sidi Larbi Cherkaoui + les flashs des photographes de presse comme si vous y étiez.

Douze danseurs venus des grandes compagnies cubaines et aux personnalités variées pour deux programmes : l’un contemporain fait surtout de reprises de très bons chorégraphes invités et l’autre classique avec plein de pas de deux du répertoire et La Mort du Cygne, le solo le plus célèbre de l’histoire de la danse !

Pour ceux qui sont sur place : les billets s’achètent au guichet du Gran Teatro, dont les horaires ne sont pas communiqués. C’est toujours un peu compliqué à Cuba de savoir où et quand acheter les précieux sésame et la billetterie en ligne, c’est peut-être pour demain… Mais ne boudons pas, les artistes n’y sont pour rien.

On a plus qu’à espérer que les programmateurs européens soient aussi séduits par les faits que nous le sommes par le projet !


Sources : Carlos Acosta anuncia la primera temporada de su compañía en Cuba | Diario de Cuba

Carlos Acosta Seduces Cuban Audience with His Company dans Prensa Latina (n’est plus en ligne en 2017).

Photo à la Une : Acosta Danza dans Alrededor no hay nada de Goyo Montero. Photo Boris Muriedas, droits réservés.

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *