E comme Escasez

Escasez

Je vous propose le concept de  » design de escasez  » : créativité en temps de pénurie ou encore génie du recyclage. Une question de sérendipité !

Non pas que les cubains trouvent ça drôle, loin de là. Au chapitre des pénuries alimentaires, le picadillo de soja remplaçant la viande est un mauvais souvenir. Et au quotidien, le manque de couches et de produits d’hygiène peut se transformer en cauchemar…

Au plus fort des pénuries pendant la période spéciale, chacun s’organisait pour fabriquer les pièces ou objets manquants : Si vous pouvez mettre la main sur le très beau livre Objets réinventés – la création populaire à Cuba de Pénélope de Bozzi et Ernesto Oroza, vous aurez un aperçu de l’imagination déployée pour fabriquer de la vaisselle, des lampes, des antennes télé et des paravents…

Santiago moulages aluminium 2012
Santiago moulages aluminium 2012

Si depuis quelques années les cubains préfèrent investir leurs CUC dans l’achat de ces produits revenus progressivement dans les magasins, on parle toujours de « confección criolla » pour les objets fabriqués artisanalement, hors des circuits officiels donc souvent de manière illégale. Il se murmure que beaucoup d’objets en plastique proviennent du « recyclage » des bacs poubelle qui disparaissent mystérieusement des rues de La Havane (ces mêmes bacs qui en France ont plutôt tendance à brûler). Lucha et escasez sont inséparables !


D aller à F

Une réflexion sur “ E comme Escasez ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *