À table ! Les tostones de A à Z

Un réveillon comme à La Havane ? Pour le réussir à coup sûr, Serendipia vous propose la recette des tostones « caseros ». L’aventure commence au marché et se poursuit dans la cuisine !

Vous commencerez par acquérir de beaux platanos burros au mercado. Vous êtes à La Havane ? Tentez l’agro de 17 y K ou le mercado Egido. En France ? cap sur les boutiques africaines ou chinoises. Vous pèlerez les bananes plantain et les taillerez en biseau – ce détail a son importance pour l’esthétique du produit fini – ou en tranches épaisses, si vous avez affaire à des spécimens vraiment énormes.

Platano burro, mercado calle K, La Havane 2014
La découpe des platanos burros : simple en apparence, mais super importante pour la réussite finale.
Vous l’aurez compris : ce n’est pas le moment de pleurer l’huile, comme on dit à Marseille.

Dans une poêle antiadhésive, vous verserez une généreuse dose d’huile. N’allez surtout pas utiliser de l’huile d’olive : pour un goût « comme à Cuba », le soja s’impose. Une fois la température de petite friture atteinte, vous ferez glisser les tranches une à une dans la poêle. De la périphérie vers le centre : cette technique évite les projections intempestives. Quand les tranches seront à peine dorées de chaque côté, vous les retirerez pour laisser place à la seconde tournée.

Sur le plan de travail, vous aurez préparé deux planches, ou à défaut une grande planche et un verre épais à fond plat. C’est là qu’intervient le geste essentiel de cette recette : vous allez aplatir (aplastar) énergiquement chaque tranche. Ni trop ni trop peu, c’est une question de coup de main. Les tranches ainsi préparées retournent dans l’huile avec – détail qui va faire plaisir à votre nutritionniste – quelques copeaux de beurre pour le goût et le moelleux des futurs tostones.

Le coup de main pour glisser les platanos dans l’huile sans en mettre partout.
Première tournée semi-frite, en route pour la suite.
Aplatir les platanos : le coup de main de Celerina !

Plus que quelques minutes et voilà c’est prêt. Un peu de sel et on passe à table ! Les tostones font un plat de tous les jours ou un accompagnement pour un repas de fête : cochinito, congri, yuca al mojo et salades variées. Occasionnellement ils peuvent être farcis (rellenos) avec du jambon ou du thon, ou servis froids et arrosés d’un mojo.

Encore une petite faim ? Allez pour la bonne bouche, je vous propose de finir ce banquet avec un dessert typique de navidad et nochevieja : la fruta bomba en almibar. Bonnes fêtes !

pour la deuxième cuisson des tostones, un peu de beurre est bienvenu.
Et voilà les tostones sont prêts !
… et les convives ne se font pas prier.
Fruta bomba en almibar, autrement dit papaye confite, pour clore le repas sur une note fruitée.

Merci de tout cœur à chef Felo et Celerina qui ont réalisé la recette sous mes yeux, ainsi qu’à Catherine et Bernardo, nos hôtes pour la soirée.



2 réflexions sur « À table ! Les tostones de A à Z »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *