1968-1972 : les sweet sixties du design cubain

À la veille de l’ouverture de la XVe Semana del diseño de La Havane, je me plonge avec curiosité – mais sans nostalgie – dans un article qui décrit la situation autour de… 68.

Une aventure méconnue du design cubain

Reinaldo Togores, Maria Teresa Muñoz et Heriberto Duverger, projets de design 1969 – 1972. Droits réservés.

1967 : un tout nouveau ministère est créé à Cuba, le Ministerio de Industria Ligera. Les architectes Reinaldo Togores, Maria Teresa Muñiz et Heriberto Duverger y sont transférés depuis le ministère du logement. Ils intègrent le département du « développement de produit » avec toute une joyeuse équipe d’ingénieurs, ébénistes, designers et experts en nouveaux matériaux.

Ils étudient les possibilités de développement de la fabrication industrielle, mais le design n’est pas encore leur principal souci car des problèmes de technologie et de matériaux doivent d’abord être résolus. Embargo oblige, il faut apprendre à faire avec les ressources locales et celles fournies par les nouveaux amis, Chine et URSS.

Bientôt, on demande au petit groupe de proposer des prototypes répondant à un cahier des charges bien précis : produire des meubles en panneaux de particules provenant des résidus de canne à sucre, concevoir lesdits meubles à partir de modules combinables, utiliser le mobilier comme élément pour diviser l’espace, en remplacement des lourdes plaques de béton…

Tout ceci ressemblait fort aux prémices d’un grand plan de logement à l’échelle d’un pays… Et les carences étaient telles que l’état prévoyait de livrer les futurs appartements déjà meublés.

L’atelier au bord du fleuve

Des mannequins présentent les prototypes de mobilier en fil plastique de Reinaldo Togores, Maria Teresa Muñoz et Heriberto Duverger, 1969 – 1972. Droits réservés.

Maria Teresa, Heriberto et Reinaldo s’installent dans un atelier près du Rio Almendares. C’est là que leur aventure de designers commence vraiment, au service d’un rêve cubain de design populaire et accessible…

María Teresa crée du mobilier pour les écoles, notamment l’Escuela para los hijos de las trabajadoras de la Fábrica de Calzado Plástico¹ (calle Ermita, entre Lombillo y San Pedro, La Havane), la escuela primaria de la Cooperativa de Pescadores de Cienfuegos et le semi-internado de Primaria de Birán.

Ensemble, ils imaginent des sièges de jardin en fil plastique et tube métal, des meubles en contreplaqué livrables en paquets plats (ça vous rappelle quelque chose ? J’y viens, patience) et des fauteuils combinant métal et tissu.

Mais… à part les écoles et un module expérimental à Wajay, les plans et prototypes sont restés dans les cartons et le rêve de production industrielle s’est évanoui dans les difficultés économiques. Dans la presse de l’époque, seuls deux articles témoignent du travail du groupe. L’un dans Arquitectura/Cuba Magazine et l’autre, signé… Eva Björklund, dans la revue suédoise Form Magazine.

Lointaine Europe

L’architecte suédoise venait de passer un an à La Havane, par conviction personnelle et pour participer à l’effort de modernisation. Pendant ce temps-là, dans son pays, la vente de meubles en paquets plats « révolutionnait » le commerce de l’ameublement, mais pour des raisons plus commerciales.

Paradoxalement, au moment même où il remballait l’idée de design pour tous, l’État cubain tentait une percée à Paris pour promouvoir un mobilier « à la cubaine », plus luxueux et destiné à l’export. Mais l’acajou des Caraïbes s’adapta mal au chauffage des appartements parisiens et l’initiative tourna court.

Publicité pour un meuble en acajou de Gonzalo Córdoba dans Le Journal de la Maison, 1969.

Back to the concrete

Quant à Maria Teresa, Heriberto et Reinaldo, éphémères designers expérimentaux, ils retournèrent construire des écoles avec les plaques de béton importées d’URSS…


¹ devenue Empresa de Calzado Combell, elle est toujours l’unique productrice de chaussures à Cuba et fabrique des bottes plastique pour les travailleurs, des chancletas et des sandales basiques auxquelles les cubain.es préfèrent les articles d’importation…

Cet article est entièrement inspiré de 1969-1972 : Cuba’s forgotten late Sixties Industrial Design, article de  Reinaldo Togores sur le site togores.net. Ou le même en espagnol 1969-1972 : El olvidado Diseño Industrial Cubano de Fines de los Sesenta. Toutes les photos ci-dessus en sont issues.
¡ Muchissimas gracias !

En avril 2017, l’exposition El Museo de las Máquinas rendait justice à cette génération de designers, dans le studio de Los Carpinteros. Voyez l’article de Reinaldo Togores qui en témoigne.

Image à la Une : Maria Teresa Muñoz, mobilier pour l’escuela para los hijos de las trabajadoras de la Fábrica de Calzado Plástico, 1969. Un rêve cubain de design populaire et accessible…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *